Djafar

Djafar a parfois l’impression qu’il ne quittera pas ce monde vivant…
En attendant la fin, il vit un peu, beaucoup, passionnément, par-dessus tout

Ses rues tragi-comiques (ré)sonnent fort pour Djafar, elles se mettent formidablement bien en musique. Chanson parisienne de zones 1 à 5 ?
Rap débrayé ? Folk défroqué ? Comptines enfantines interdites aux moins de 18 ans ? Musique de ruelle, de rue, de boulevards, d’avenue, de Place de la République  ou de la Nation? Va savoir…

Doté d’une sacrée bonne petite gueule, d’un moteur en ordre de marche, des baskets qui consomment peu, à faire défiler des kilomètres de vie parfum au choix…

De long en large, de la cave au balcon, Djafar arpente les villes bidons banlieusardes comme les cités lumière capitales, sirote l’air libre de cet immense terrain de jeu. De quoi prendre des vents plein la gueule, de quoi également trouver du souffle…

Les rues, il les connaît par cœur : sourire-clope au bec, Djafar croise des filles à s’envoyer au ciel, des mecs pour l’expédier sous terre, des gamins à protéger, des vieux à écouter, des petites frappes ou des grandes gueules.

Plus rusé qu’un plan Vigipirate, plus mobile qu’une caméra de télésurveillance, Djafar capte la beauté furieuse de villes secouées comme un cocktail molotov de fruits ; pleines de gens qui s’aiment et se baisent, grouillent, s’embrouillent, se débrouillent puis s’embra(s)sent, pour un oui ou pour un non.

Ses morceaux vrillent comme lui, de ballade en bagarre et frétillent du matin au soir. Avec une même soif de vérité que d’alcool, avec autant de retenue pudique que d’exhib’ forcenée.

Dans sa playlist perso, Gainsbourg, I Am, Renaud  figurent en pole position pour ouvrir le chemin. Mais le slam ou l’impro lui ont également délié la langue. Et l’electro ou le reggae rempli la tête…

Publishing : ismaël.lefeuvre@ilcm.fr / + 33 (0) 6 60 97 19

Management : boomux@gmail.com 

Discographie

Soon